Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn

Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn 2020

COMMENTAIRES

145M dans le monde et 60MUS (budget de 85M)

bref carrière à la Dark Phoenix (mais au moins ce dernier a un mid-budget et est R) qui finira à 200M et quelques

reste à savoir si aux USA il atteindra les 100M (condition sine qua non pour une suite)

En voyant le film, la question que je me suis le plus poser c'est : Où est Batman ?

Bon Marvel ils vont peut-être attendre avant de mettre une femme à la réa ... xD

Ça se veut provoc' façon Deadpool, avec un ton irrévérencieux rose bonbon pseudo-féministe, le tout saupoudré de paillettes.

Mais en réalité, ce trop plein acidulé et cette ultra-violence mène absolument à rien, face à un scénario où règne l'outrecuidance et l'absurdité la plus totale.

Des scènes d'action torchées à la truelle et qui se ressemblent toutes les unes aux autres.
Une intrigue aseptisée dont on cherche encore la légitimité de ce spin-off (après la bouse infâme qu'était Suicide Squad, on était en droit d'espérer qu'ils aient retenue la leçon, finalement ils ont dû se dirent 《balek, dans le pire des cas, ça deviendra un DTV》).

S'il ne fallait retenir qu'une chose du film, c'est la présence de Mary Elizabeth Winstead & Ewan McGregor (qui éclipsent complètement Margot Robbie).

http://bit.ly/CinephileNost...

Ouais, ben désastre annoncé et avéré. Malgré le nanar infâme qu'est Suicide Squad et mon aversion pour la propagande féministe 4.0 qui confond défense des femmes et haine des hommes, je ne m'attendais pas à ce que BoP soit si rebutant. Ma principale (seule ?) motivation était la présence de Mary Elizabeth Winstead, mais je ne m'attendais pas à ce que le reste soit si médiocre. Et encore : cette dernière est complètement sous-employée, et si ses apparitions sont cool parce qu'elle assure physiquement et euh charismatiquement, j'ai du mal à parler d'autre chose que d'apparitions car la plupart de ses scènes sont des cacophonies collectives où rien ne ressemble à rien. Cacophonie : rien à faire que ce truc ait été réalisé par une femme (oui, parce qu'un film avec une super-héroïne doit être réalisée par une femme, vous comprenez...), elle s'y est prise comme une tanche, livrant une réalisation archi-conventionnelle et troussant les plus mauvaises scènes d'action du genre que j'ai vues depuis un bail (généralement les fifilles donnant des grands coups de pied à des hordes de molosses dans des chorés complètement ineptes, zéro utilisation d'éléments du décor, par ex.) (seule bonne scène : la poursuite moto-bagnole à la fin). La talentueuse Margot Robbie, super impliquée, fait indéniablement le show, c'est un bonbon à regarder, mais bien qu'Harley Quinn ait ses propres aventures sur papier (je parle de la VRAIE, celle de Bruce Timm...), j'ai du mal à voir en sa version hollywoodienne une "lead" solide, et le "problème" est qu'elle PARTOUT - le film aurait dû s'appeler Harley Quinn plutôt que BoP. Peut-être ses incessantes simagrées ingénues-désaxées seraient-elles mieux passées avec une histoire moins catastrophique, à la narration recourant moins à cette voix-off hululante, à l'enjeu moins archi-cliché (le diamant !), au méchant moins insipide (excentrique ne veut pas dire bon, Hollywood...) (Ewan McGregor est ridicule), et aux blagues de meilleure qualité (ça a ri quatre fois dans la salle), de préférence pas scato peut-être ? (À moins que féminisme = émancipation et émancipation = être encore plus vulgaire que les hommes ?). Un autre problème : le film n'est esthétiquement pas bien stimulant, et surtout absolument pas sexy : qu'est-ce que cet horrible ciré noir sur MEW (sa mise en retrait sur l'affiche, derrière la gamine asiat' qui ne ressemble à rien, était un signe...) ? En fait, comble du comble, je pense avoir été moins saoulé par l'affreux Charlie's Angels, alors qu'il est tout aussi pontifiant et fait tout autant dans le "man-hating". Mais c'est vraiment choisir entre la peste et le choléra, à ce stade.

Allociné, le titre du film a changé :D !

Loading...