Joker

Joker 2019

COMMENTAIRES

Voilà un beau film, la banlieue New Yorkaise enfin filmée avec pathologie et délicatesse même. Joker est un fabuleux contraste permanent entre le monde des médias et le monde des opprimés, entre la joie et la tristesse, entre l’attirant et le rebutant. Joaquin Phœnix qui est évidemment moins bluffant qu’Heath Ledger a néanmoins su se montrer incroyable dans l’interprétation de ce personnage splendide. Je le déconseille aux moins de 13 ans. 4/5

si on pouvait avoir un BATMAN dans la meme veine ça serait cool

Film très bien joué par Joaquin mais film un peu longuet. Ca change néanmoins des grosses productions du genre généralement destinées à un public d'ado attardés et d'hommes-enfant. La note n'est clairement que pour la prestation de Joaquin Phoenix, qui a l'origine n'est pas vraiment le meilleur acteur de tous les temps. Ce film ma fait penser à glass et incassable pour sa lenteur et son envie daller plus loin dans la psychologie des personnages, les gens n'étant ni bons ni juste mauvais mais justement un peu des deux..l'équilibre est fragile et sujet à la perception que lon se fait du monde, et a la façon dont on nous traite. Un bon film, mais qu'on na pas nécessairement envie de revoir. Ma note 3 sur 5, voir 3.5 j'hésite encore.

Joker, ou la contestation sociale par des riches. Un film sur la misère écrit, produit et réalisé par des millionnaires.

4.4 mais euuuuuhhhhhhh ça descend tsssss

Là où tedd philips à été très fort, c'est que l'univers de joker : Il n'a pas de passe clair
D'où la force du film, comment le glissement du personnage du joker est superbe
La scène du métro et du plateau télé est génial
Tedd Philips a créé son propre joker avec son propre univers
Christophe Nolan à créé son propre joker avec brio
Et le cultisme joker de Tim Burton
Les seuls liens avec batman, c'est la ville et le scène de la sortie de cinéma avec ses parents
J'ai adoré arkam, le bâtiment social municipal, qui tombe du au manque de d'argent, en hospital psychiatre
Critique de la société
En faut écran des années 80

Moi qui ne suis définitivement pas une fan des films de super-héros/super-vilains adaptés, j'ai trouvé que la BA donnait déjà très envie de le voir. Puis, la performance de Joaquin Phoenix a fait tellement de bruit, que ça a achevé de me convaincre. Et le résultat ne m’a pas déçue.

Peut-être qu’une des premières raisons pour lesquelles j’ai aimé ce film
réside dans le fait qu’on a pas l’impression de baigner dans l’univers des supers-héros/vilains. Pourtant nous sommes bien à Gotham City, en présence du Joker et même du jeune Bruce Wayne qui sera plus tard connu sous le pseudo de Batman. Mais ici, nous abordons le sujet de la transformation de Fleck en Joker comme une sorte de descente aux enfers psychologique. Pas de super héros, pas de supers pouvoirs. Juste un homme lambda.

Ce n’est pas un personnage que l’on pourrait qualifier de sympathique, mais on a de la pitié pour cet homme incompris, qui vit chez sa mère dont il s’occupe et qui souhaite réussir dans la comédie alors qu’il n’est pas drôle. C’est une victime en permanence : victime de ses problèmes mentaux, de la société qui ne le comprend pas et le martyrise, victime de sa médiocrité et de sa mère qui le rabaisse et lui ment. Tout ça ne présageait évidemment rien de bon pour lui.

La suite de ma critique ici : https://tamtaminwonderland....

Loading...